10 trucs (ou presque) pour créer l’ambiance parfaite pour écrire 

J’sais tellement pas par où commencer!  Peut-être en écoutant de la musique…
Tout à l’heure, je lisais un article concernant les rituels nécessaires pour écrire, en tout cas pour avoir le goût d’écrire.  Je me suis dit que ce serait une bonne idée de vous livrer quelques idées à cet effet mais aussi, parce que sans m’en rendre compte, je me suis créé un petit rituel.
Que ce soit pour  préparer un texte lors d’un événement spécial, ou une longue allocution ou simplement écrire une lettre à quelqu’un, un blogue, même écrire sur Facebook, nous avons besoin de certaines choses pour nous sentir à l’aise, dans notre bulle, dans notre élément et pour produire  un texte « potable ».
Et comme je suis d’avis que les rituels sont importants dans notre vie, je vous parlerai donc de ceux que je préfère.  A noter toutefois que ce ne sont pas des règles rigides.   Il y en aura pour qui écrire nécessitera un verre de vin, une cigarette, un silence profond, une cabane dans les bois ou la nuit noire…
Si ces quelques points vous inspirent, allez-y gaiement.
1.  Déterminer un rituel d’écriture:
Pour être à l’aise pour écrire, pour avoir envie d’écrire, je choisis de préférence le matin quand la maison dort.  Je suis une fille du matin et c’est en général mon moment préféré.  Alors, je prends un café,  dans le calme, j’ai le goût d’écrire. Si mon épagneul dort à mes pieds et que mon chéri se prélasse dans les bras de Morphée là-haut, s’il pleut ou si le soleil se lève… je suis prête!
2.  Choisir un endroit privilégié:  
Comme  pour méditer, lire ou simplement relaxer, je crois qu’il est important de disposer  d’un coin à soi.
Je suis plus apte à écrire quand je suis assise à mon bureau, devant mon écran d’ordi et que je suis bien installée dans une chaise confortable.
3. Ambiance:
Habituellement, j’aime entendre de la musique.  Parfois, je préfère le silence.  Si j’écoute de la musique, ce sera soit du classique, des instrumentales ou encore des tounes des années 80 en autant qu’elles soient douces et me remémorent des moments heureux.  Sauf très grande exception, je m’éloigne du rock, des tounes trop rythmées, bruyantes ou même métal!  Je garde ces sons-là pour les moments où j’ai envie de bouger.  Lorsque je veux que « ça déménage ».  Pas pour réfléchir, mettre mes idées en ordre et écrire.
4.  L’environnement:
En général, j’aime regarder un peu par ma grande fenêtre de salon car j’habite une belle rue avec des arbres, des fleurs et des maisons agréables à l’oeil.  Je ne sais pas pourquoi mais j’aime regarder à travers des rideaux de dentelle mi-ouverts. Ca me rassure! Ca me sécurise comme lorsque j’étais petite. Ca me rend sereine (je déteste le mot « rassérénée » et je l’emploie le moins possible).
5.  Couper les contacts extérieurs:
Comme j’écris tôt le matin, je ne reçois pas d’appels et je ne risque pas non plus qu’un témoin de Jéhovah vienne sonner à ma porte… bien que ce soit fort possible! Tant que je n’ai pas terminé mon texte, je n’appelle personne non plus sinon, je brise l’inspiration.
6.  Avoir tout le nécessaire à portée de soi:
Evidemment, pour éviter de me lever, d’interrompre le flot d’idées, j’aurai réuni tout ce dont je peux avoir besoin:  Une revue, un extrait d’un livre ou encore j’aurai ouvert un ou deux sites dont je m’inspirerai pour préparer mon texte.
7.  Etat intérieur:
J’ai constaté que j’écrivais mieux quand j’étais émotive.  Mon chum me dit souvent que nos grands chanteurs, poètes, écrivains produisent les meilleurs textes quand ils sont tristes, en peine d’amour ou qu’ils souffrent.  Bon, ce n’est pas obligé. Mais si ce que j’écris vient de mes tripes, de mon coeur, il y a plus dechances que vous aimiez mes textes et que j’en sois moi-même satisfaite.
8.  Ne pas casser le rythme:
Comme je le disais plus haut:  une fois mon texte débuté, je n’arrête pas.  Tant que je n’ai pas terminé.  Il est souvent si ardu de retrouver une idée qu’on avait à l’idée avant de s’interrompre!
 
9.  Réviser avant de publier:
L’idéal serait d’attendre au moins une heure ou deux avant de réviser mon texte, de le modifier, de l’améliorer et enfin de le publier.  Je vous avoue que parfois, je suis plus rapide que cela.
Voilà.  Si vous vous demandez comment écrire, débuter un « post », rassembler vos idées pour produire un texte structuré qui captivera votre auditoire réel ou virtuel, j’espère que ces quelques idées vous aideront.
N’hésitez pas à me faire part de vos trouvailles.
Bonne journée, bonne soirée et bonne nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s