Les changements (Déménager ou rester là!) 

La peur du changement

Il faut bien se l’avouer:  les humains n’aiment pas les changements.  Surtout ceux qui sont en dehors de leur contrôle!
Et pourtant, c’est souvent par le changement que nous nous découvrons de nouveaux talents, de nouvelles habiletés, de nouveaux défis que nous prendrons plaisir à relever ou qui nous feront peur mais par lesquels nous devons de toute façon, passer.  Ce sont des initiations multiples, des rituels obligatoires de la Vie.
Ces changements ont plusieurs noms. Que ce soit un déménagement, un retour aux études, une séparation, une nouvelle ville, un nouveau pays sans oublier les modifications que notre corps subit avec le temps.
Et que dire des passages de la vie: grandir, apprendre à marcher, aller à l’école, à l’université, le premier emploi, se marier ou vivre en couple,  avoir un enfant, apprendre à conduire, changer d’emploi, se séparer, retrouver l’amour, tomber malade, vieillir, voir nos enfants partir etc.


Le plus récent 
Récemment, j’ai fait un grand changement dans ma vie.  Je suis partie de ma ville natale, Montréal et je suis partie vivre dans la belle région de Lanaudière, plus précisément à Terrebonne. Pour moi, c’était un pas important car je chéris Montréal malgré ce qu’elle est devenue.

Quitter une ville que je connais presque par coeur, dont les artères me sont familières et dont la géographie n’a pratiquement pas de secrets pour moi.  Arriver dans une ville plus petite, dont je ne connais presque rien, ni les grandes rues, ni les activités sociales, artistiques ou sportives. Cela peut facilement devenir intimidant ou en tout cas, causer un peu de stress.
Nous avons eu la chance de trouver une jolie petite maison dans un quartier tranquille, réputé pour être « upper middle class ».  Nous l’avons choisie près des services et des commodités.
Avant le déménagement, bien que très occupée à faire mes boites, j’avais une petite crainte: allais-je aimer vivre là? dans cette ville inconnue.  Allais-je avoir de bons voisins?  Est-ce que je m’adapterais facilement etc.
Depuis deux mois, je constate que la transition a été facile.  D’autant plus que depuis longtemps, je n’avais ressenti cette impression d’être chez moi au Québec… en français. Il n’y a pas de « Bonjour, Hi » ici. Je n’ai pas entendu un mot d’anglais!
La maison, les murs de ma maison me parlent, je m’y sens chez moi depuis les débuts. Cette impression qu’elle fait partie de moi…Elle est mon cocon chaleureux, ma caverne de fille qui a toujours voulu une maison simple, chaude, confortable, invitante et belle aussi.  Elle me procure déjà des plaisirs qui me rendent heureuse: une piscine pour me prélasser cet été, une belle grande cuisine pour faire de bons repas, un quartier tranquille pour me promener avec mon chien, un solarium où entre le soleil et où je peux lire, chanter, écrire et regarder mes émissions préférées.  Sans compter toutes les activités culturelles qui sont à portée de la main et du portefeuille au Théâtre du Vieux-Terrebonne et dans les cafés et restaurants environnants.  Un bon choix! Que dis-je un choix merveilleux!
Notre nouvelle maison semble rendre mon chéri plus heureux, plus détendu, plus calme qu’il ne l’était déjà.
Vous m’auriez dit, il y a dix ans que je quitterais ma ville, que j’irais vivre ailleurs, je ne vous aurais pas cru.  Et pourtant, le changement a eu lieu et j’en suis toute heureuse.
Si nous en revenons au point de départ qui était « Les changements et nous » ou encore, la peur du changement, je me rends compte que toute ma vie, il y a eu des changements.  Parfois déchirants, traumatisants, grands et petits.
Mais ils furent tous sans exception favorables, positifs, et finalement ont fait de moi la femme que je suis aujourd’hui.
D’un autre point de vue, malgré les changements qui jalonnent nos vies, comme le dit si bien Céline Dion:  « On ne change pas ».  Bien sûr, la vie nous modèle, nous transforme de par les choix qu’on a faits, ceux qu’on a subis, les épreuves, les joies, les peines, la maturité et bien plus encore. Mais c’est ça la merveille des merveilles:  de chenille en papillon, nous voilà, nous sommes là, encore… nues, belles dans notre cinquantaine, soixantaine, soixante-dizaine.  Nous sommes belles avec nos rides, nos formes alourdies, nos rires et nos colères, nos malaises et notre santé.  Nous Sommes!

Conversation:

Et vous? Comment vivez-vous les changements?  Quels sont les plus importants changements dans votre vie?  En avez-vous tiré une leçon positive ou non? 
 
N’hésitez pas à venir en discuter ici.  Il me fera plaisir de vous lire.
N.B.:  Les images sont tirées de Google Images et les vidéos de chez Youtube.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s