Lire, le plaisir de lire 

 

J’avais le choix ce matin:  vous parlez des bienfaits que les religieuses m’ont prodigués autrefois ou vous décrire mon amour des livres, de la lecture.

J’ai choisi la deuxième option.  Le premier choix étant plus d’ordre personnel et biographique.
Ici, la maison est silencieuse, mon conjoint se lèvera bientôt pour aller au travail. Mon épagneul Tobi et ma chatte Maya, repus, dorment.  Même que Tobi ronfle!
En buvant lentement mon café, je me souviens de ce que les livres m’ont apporté et m’apportent encore.
Nous prenons trop souvent pour acquis notre capacité à lire.  Au point où nous lisons comme nous respirons:  sans y penser.
Que ce soit les informations écrites ou virtuelles, que ce soit un magazine de mode ou une lettre d’amour, nous lisons tous.  Et ceux qui ne peuvent lire, se sentent sûrement exclus de leur communauté.
J’ai commencé très jeune à dévorer tout ce qui pouvait être lu.

Je me souviens qu’au primaire, nos livres de grammaire française contenaient souvent de petits extraits de livres québécois ou français. Que ce soit de notre Louis Fréchette, de Théophile Gauthier ou encore des passages de « La Chèvre de Monsieur Séguin » ou de « Menaud, maître-draveur », j’étais fascinée par tout ce qu’une chaîne de mots réunis pouvait créer. Ma curiosité et mon appétît d’apprendre étaient immenses.  J’ai donc beaucoup lu.  Ce n’était jamais une corvée.  J’avais aussi entendu que « Qui s’instruit, s’enrichit! »  Alors, ça j’y ai cru.

Adolescente, je passais tout mon argent de poche à la mini-librairie au coin de ma rue.  Chaque semaine, je m’achetais un  « Livre de poche ».  J’ai lu Colette, Camus, Baudelaire, Rimbaud, Graham Greene, Jean-Jacques Rousseau (et oui!), François Mauriac et bien sûr des auteurs européens et américains.  William Faulkner, Hemingway, Virgil Gheorgiu, Soljenitsyne.  Peu m’importait que l’auteur fut « ancien » ou décédé.  Je voulais savoir comment c’était avant moi.  Comment on vivait autrefois, les grands drames, les grandes émotions humaines aussi.

A chaque fois, je découvrais un univers différent, passionnant, j’avais l’impression d’être au cinéma.  Que le livre décrive la misère de la Crise (Les raisins de la colère, de John Steinbeck) les goulags soviétiques, l’amour (Le rouge et le noir, L’amant de Lady Chatterley) ou qu’il célèbre la poésie (Emile Nelligan, St-Denys-Garneau), j’étais transportée.

Puis, je me suis jetée à corps perdu dans tous les écrits rebelles, contre-culturels, gauchistes sur lesquelles mes yeux et mon besoin d’apprendre me portaient.  J’étais rendue à cette étape où, comme beaucoup de ma génération, je voulais changer le monde, arrêter les guerres et aider les malheureux.

Plus tard, la vie m’a rappelée à l’ordre et j’ai alors lu « Tout se joue avant 6 ans »! « Comment réussir son couple » et bien sûr « Ecoute ton corps ».  Sans oublier que grâce à un conjoint féru de spiritualité, j’ai aussi parcouru et désespéré parfois de comprendre des écrits comme ceux de la Kabbale ou du Bouddhisme!

Entre-temps, j’avais découvert la science-fiction, le fantastique, les romans policiers noirs.  Bien sûr, les livres de Stephen King:  il n’y a rien de mieux pour nous donner la frousse un soir de pleine lune!
J’ai d’ailleurs tellement aimé les bouquins que j’ai eu comme premier employeur la Bibliothèque municipale de la Ville de Montréal.  J’y ai travaillé durant 8 ans.  A moi les biographies, les livres de voyage, les romans épiques, les écrits de grands philosophes.  J’avais faim de lire comme j’avais faim de manger. Insatiable!
Grâce à mes lecture, je suis devenue une fan d’histoire, de géographie, de psychologie.  Et c’est ainsi qu’à 34 ans, je suis entrée au Ministère des anciens combattants du Canada.  Vous allez me demander mais « Quel rapport? »
Je vous réponds que n’eût été de mes connaissances dans ces divers domaines de l’activité humaine, j’aurais été une moins bonne fonctionnaire, une moins bonne ressource pour mes soldats(es) et vétérans et un moins bon « dictionnaire » pour mes compagnons et compagnes de travail!  Sans mes acquis au niveau historique de tel ou tel pays, de la géographie changeante d’autres nations et de la psychologie humaine, j’aurais sans doute été moins efficace et moins ouverte à mes clients. Moins capable de comprendre, d’avoir de l’empathie et de les aider.
C’est fou comme parfois, les connaissances acquises, les habiletés développées peuvent nous servir dans notre vie personnelle et professionnelle. Le jour où j’ai compris combien m’était bénéfique le fait que j’aimais tant lire et apprendre, ce jour-là, je suis devenue encore plus fière de moi.  Car lire n’est pas qu’un passe-temps, c’est aussi s’ouvrir à l’autre, découvrir des sentiments, des pays, des gens, des manières de pensée qui sont bien différentes mais tout aussi humaines.
C’est également se rendre compte que nous ne sommes pas seuls à avoir peur, aimer, prier, supplier, craindre etc.  D’autres ont vécu ces émotions avant nous, ils les ont même mieux dépeintes que nous.
Bien sûr, lire, apprendre, s’intéresser à divers sujets, ouvrir notre esprit nous permet assurément d’ouvrir notre coeur et parfois nos bras.  Tout en développant notre capacité d’analyse, de réflexion et d’observation. Puis d’en tirer des leçons utiles.
Je dis souvent que je n’aurai jamais assez d’une vie pour tout lire!
Et pourtant, aujourd’hui, je lis moins.  Je devrais pourtant lire plus car je suis « retraitée ». Mais non, c’est le contraire.
Pourtant la salle familiale est une mini-librairie chez moi.  Mon conjoint lit plus que moi. Il relit même plusieurs livres plusieurs fois.  Pas moi.
Je me demande parfois si mon désintérêt est dû aux réseaux sociaux ou à la télé qui prennent vraiment plus de mon temps qu’autrefois.
Une chose est certaine, par la lecture, j’ai appris énormément dans tous les domaines ou presque et mon affection pour mes livres va jusqu’au point que si la maison brûlait, je sauverais mon conjoint, mes animaux et bien sûr, mes livres.

Conversation:

Avez-vous comme moi de la difficulté à vous départir des livres que vous avez aimés?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s