Ah! Le plaisir de lire.

Lire! Ah, le plaisir de lire! Vous pouvez imaginer la petite Denise devant des livres, des centaines de livres, émerveillée, pour la vie de lecture et de bonheurs, de joies et de questions qui seront répondues ou non, pour les aventures à partir du « Le pinson Caruso et ses amis’, jusqu’à l’Histoire mondiale de l’Art ou encore Tristan et Iseult jusqu’à disons, Marguerite Yourcenar… et vous pouvez imaginer le reste…

Ce n’est pas pour rien qu’en 1971, j’entrais au service de la Bibliothèque de la Ville de Montréal comme aide-bibliothécaire.

Je suis en amour avec les livres, la lecture, la connaissance, l’étude et le bonheur de connaître, d’apprendre!

Vous savez, j’ai un mal fou à me défaire de mes livres. Je réussis à le faire quand le livre, le bouquin en question ne m’a pas emballée ou que je sais que je ne le relirai pas. Mais mes premiers livres, achetés, qui sont maintenant jaunis, je les garde amoureusement. Je suis tellement contente d’aimer lire. J’ai tant appris, j’apprends encore et j’aime ces auteurs, ces écrivains qui savent si bien dire, raconter par les mots qu’ils nous sortent de notre train-train quotidien et nous emmènent en voyage avec eux.

Il y a fort longtemps, seuls les riches et les puissants savaient lire. Même qu’autrefois, on a fait toute une histoire quand l’imprimerie a été inventée car on ne voulait pas que la populace puisse lire, apprendre, comprendre… entre autres la Bible et bien sûr tout le reste. Parce que lire, c’est apprendre, analyser, penser, réfléchir; c’est se poser mille et une questions et ultimement, c’est remettre en question les valeurs et l’enseignement reçus. Ca peut même mener, dans certains cas, à la révolution et…. au féminisme… au vrai!

Mais quand j’ai commencé à lire, toute petite… je ne savais rien de tout cela, je ne concevais rien d’autre que le plaisir de lire chaque mot, de le relier à d’autres et d’en faire des phrases. Le plaisir de lire, de rêver, de penser, de m’imaginer. C’est pour moi aussi précieux que d’aimer la Vie, le bon vin et les humains.

Conversation:

Et vous? Vous aimez lire? Que lisez-vous? Et si oui, quand avez-vous commencé à aimer la lecture?

2 réflexions sur “Ah! Le plaisir de lire.

  1. Christian Marcoux

    «Et vous? Vous aimez lire?»
    Non ! Je Déteste lire… avec un D majuscule. Mais bon, je n’ai guère eu le choix que de contrôler mon aversion, sinon je n’aurais jamais rien appris. lol
    Tout ce qui s’appelle roman est systématiquement rejeté par mon cerveau… en bloc. Il faut que ça reste dans le réel et que ce soit éducatif ; que ça puisse contribuer à faire en sorte que je me couche moins niaiseux que la veille. Là, ça va. Sinon… rien à faire, c’est non.

    «Parce que lire, c’est apprendre, analyser, penser, réfléchir; c’est se poser mille et une questions et ultimement, c’est remettre en question les valeurs et l’enseignement reçus.»
    Ben voilà. Tout vient d’être dit en une seule phrase ; raison pour laquelle je suis trèèèès sélectif dans mes lectures.

    «(…) comprendre… entre autres la Bible (…)»
    Ce livre dit «sacré» est en fait un livre d’Histoire et un traité de philosophie, tout en un. Il relate l’Histoire du peuple juif à une certaine époque et fut rédigé de façon à ce que seuls les plus intellectuellement éveillés puissent comprendre. Ce n’est pas un livre «pour le peuple», c’est un ouvrage laborieux et prétentieux qui ne s’adresse qu’aux «élites».
    Sur le plan strictement philosophique, je pourrais pondre une thèse de 1000 pages pour expliquer CHAQUE phrase de la Bible.
    Ce livre (la Bible) n’est tout simplement pas accessible au commun des mortels. Et c’était voulu. Il fallait garder le peuple bien soumis à la volonté (la dictature) des «érudits». Il fallait surtout le maintenir dans son ignorance ; politiquement parlant, c’est très profitable.
    Deux mille ans plus tard, rien n’a changé…

    J'aime

    1. Ne pas oublier que dans ce temps-là et jusqu’à récemment, le peuple comme tu dis ne savait pas lire ni écrire… Et si tu regardes la gang de covidiots et de complotistes… Je ne suis pas certaine que les théologiens et autres « savants » du temps n,avaient pas raison de garder ce savoir-là des élucubrations d’hurluberlus incultes et se vautrant dans leur bienheureuse ignorance.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s