L’instant présent

A 7 heures, Maya est venue me miauler ça dans la chambre: Lèves-toi paresseuse, j’ai faim, bon! »

Je me suis levée de peine et de misère. J’aurais dormi encore une heure. Mais…

Elle m’a rendue service!

En sirotant mon café sur le balcon tantôt, j’ai entendu ce qu’on appelle communément « le concert des oiseaux », ça sifflait, piaillait, chantait. Des chants tous différents. Et j’ai eu le coeur en fête.

J’ai souhaité que le promoteur qui construit des « cabanes » de luxe dans le bout du boulevard Angora n’érige plus de gratte-ciels de condos pour les gens de mon âge et qu’il laisse le boisé entre la 640 et ma rue, en friche, sauvage, qu’il n’y touche pas pour l’amour de la vie sauvage et pour mes oreilles reconnaissant la beauté du monde.

Et puis, le soleil est sorti, j’ai senti la chaleur « d’été » sur mon bras. Toute étonnée, je me suis dit: « Wow! j’avais presqu’oublié que c’était si bon! »

Tout à coup, le cri des outardes précédant leur vol de retour » J’ai souri et mon coeur s’est soulevé d’allégresse! Le printemps est revenu, l’espoir renaît, la vie continue… Même si je suis confinée, que je suis limitée dans mes allées et venues, la Nature est au rendez-vous, elle est fidèle elle!

Par deux fois, j’ai vu des volées d’oies sauvages se diriger vers l’Ile-aux-Moulins, vers la Rivière-des-Mille-Iles et je me suis dit: « J’ai 69 ans, je suis vivante, en santé et je compte bien habiter ce paradis (que je qualifie parfois d’enfer) encore bien longtemps! »

Puis, merci! Oui, de la gratitude, pour Dieu, la Nature, les animaux, le vent, le soleil et tout le bataclan. Et surtout merci à moi-même qui ai fait les bons choix, qui ai eu parfois peur mais qui ai avancé quand même.

Et oui, ce matin, mon texte est mielleux, sirupeux et rose bonbon. Mais la vie ce n’est pas que des mauvaises nouvelles, ce n’est pas que du cynisme et de l’ironie. C’est aussi le silence du matin, après une petite averse, c’est le vert des jeunes feuilles, c’est la luminosité naissante du jour qui vient de se lever et c’est une chatte qui miaule parce qu’elle veut retourner dehors pour la ciquième fois depuis deux heures!

Quelle chance nous avons d’être sur terre en ce moment! Quel bonheur de rire quand notre chatte chicane parce qu’elle veut aller sur le parterre avant. Quelle merveille nous fait respirer inconsciemment. Quelle chance nous a permis de nous rendre jusqu’à l’âge que nous avons!

Vive la Vie! Vive les humains malgré leurs erreurs, leurs manquements.

« Bonne journée et bonne santé tout le monde.

Bernache du Canada

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s