La toile d’araignée

Ca commence tellement subtilement. Et on n’entend pas la sonnette d’alarme qui résonne en nous. Ou on ne veut pas se fier à son intuition.

Après les fréquentations oû on est séduite par les belles attentions, la gentillesse, le savoir-vivre, les belles sorties, il y a bientôt des critiques du genre::

 » C’est comme ça que tu fais ton rôti? AH BON! »

«  Tu ne cadres pas bien tes photos! « .

 » Tu vas pas aller travailler habillée comme ça? »

« Moi, je t’embrasse pas si tu mets du rouge à lèvres »…

Plus tard, lorsque vous obtenez un meilleur emploi, une promotion et que toute fière, vous lui annoncez, il vous répond en haussant les épaules: « Kossé tu veux que ça me sacre! » Et voilà votre joie, votre réussite réduites à néant.

Si vous osez donner votre point de vue lors d’un souper d’amis ou même de famille, vous entendrez plus souvent qu’à votre tour: « De quoi tu te mêles? Tu sais pas de quoi tu parles ».

Un jour, c’est carrément: « Ferme la! » ou pire: « Etouffe-toi!

Nous avons toutes des exemples de ces bleus au coeur qu’ils s’amusent à nous faire. On n’est jamais assez belle, assez mince, assez bonne, assez toute… Et quand on est bien « groomées », que pour ne pas le perdre, on est prête à presque tout, qu’on consent à des choses qu’on n’aurait jamais consenties en temps normal, rien n’y fait. Il est déjà ailleurs même s’il reste encore avec nous. (J’ai en tête l’image d’une jeune mère de famille qui, lors d’ateliers d’estime de soi, nous avait raconté avoir consenti à être prêtée au meilleur ami de son mari devant la peur intense de le perdre, et qu’elle se retrouve seule avec ses quatre jeunes enfants, sur l’aide sociale). Elle a fini par le laisser et a dû retourner aux études pour se sortir de la misère parce qu’évidemment, monsieur qui était ingénieur était disparu dans la nature pour ne pas avoir à payer de pensions pour ses jeunes enfants. Je ne l’ai jamais jugée. On ne connaît pas le parcours psychologique de ces femmes-là.)

Et si un jour, il y a une autre femme dans sa vie, ce n’est supposément pas de vos affaires alors que vous vivez en couple depuis des années et que monsieur a des problèmes financiers, vous êtes solidaire…

De toute façon, c’est votre faute, toujours. Et ce même si vous avez développé des trésors d’invention pour lui faire plaisir au lit…

Résultat, si on n’est pas battue physiquement, on l’est psychologiquement et souvent ça prendra des coups ou encore la nouvelle femme dans sa vie ou le mal qui pourrait arriver aux enfants qui nous décideront à partir.

Certaines n’ont pas cette chance.

A noter: il n’y a pas que les conjoints et conjointes qui peuvent tisser leur toile d’araignée de pervers narcissique mais aussi les parents et même des connaissances, des partenaires de travail etc. Il faut juste être à l’affût de comportements déviants mais surtout de notre petite voix qui nous dit que ce n’est pas bon ni bien pour nous.

Violence conjugale: la fin du silence d’Isabelle Huot

https://www.femmeactuelle.fr/sante/psycho/pervers-narcissique-les-signes-a-connaitre-pour-reperer-rapidement-un-manipulateur-2109560

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s